Modèle pouvoir de représentation assemblée générale

FERNANDO LUQUE MÁRQUEZ (Équateur) dit que, comme c`est le cas aujourd`hui, le Conseil a reflété les réalités géopolitiques de 70 ans. Pour l`Équateur, le processus de réforme doit continuer à être guidé par cinq thèmes majeurs, à savoir les catégories de membres, le veto, la représentation régionale, la taille du Conseil et les méthodes de travail, ainsi que les relations entre le Conseil et l`Assemblée. Sur le dernier point, il a noté que l`Équateur a rejeté les tentatives du Conseil d`adopter des points que la Charte avait mandatés à l`Assemblée ou au Conseil économique et social. La réforme devait être exhaustive. Monsieur le Président de l`Assemblée générale des Nations Unies, Monsieur le Secrétaire général, Mesdames et Messieurs les chefs d`État et de gouvernement, HASAN S.J. ABULHASAN (Koweït) félicite les efforts déployés au fil des ans pour la réforme du Conseil. Le Koweït s`est félicité de l`initiative Français visant à restreindre le veto dans les cas de crimes contre l`humanité. Toutes les propositions de réforme du Conseil signifient que l`organe devrait être habilité à devenir plus représentatif. La réforme devrait être holistique, a-t-il ajouté, ajoutant que la réforme devrait rendre tous les organismes des Nations Unies plus complémentaires. La communauté internationale devrait se concentrer sur le développement des relations du Conseil avec d`autres organes des Nations Unies. Le Conseil de sécurité ne devrait pas empiéter sur les mandats d`autres organes, tels que le Conseil économique et social et l`Assemblée. La résolution «unir pour la paix», adoptée le 3 novembre 1950, habilite l`Assemblée à se réunir en session extraordinaire d`urgence afin de recommander des mesures collectives, y compris le recours à la force armée, en cas de violation de la paix ou d`acte d`agression.

Comme pour toutes les résolutions de l`Assemblée, les deux tiers des membres des Nations Unies “présents et votants” doivent approuver une telle recommandation avant qu`elle ne puisse être formellement adoptée par l`Assemblée. Des sessions spéciales d`urgence ont été convoquées dans le cadre de cette procédure à dix reprises. Les deux plus récents, en 1982 et 1997 – 2017, étaient sur le statut des territoires occupés [31] par l`état d`Israël. Il s`agit d`une position soutenue par, entre autres, le représentant du Japon, qui s`est adressé aux États membres qui ont plaidé pour une meilleure représentation des pays en développement, mais n`ont appuyé que l`expansion des sièges non permanents ou la création d`une nouvelle catégorie de l`adhésion, et a demandé «quelle est leur réponse à l`aspiration de nos amis africains… [et] l`injustice historique faite à l`Afrique? Pendant de nombreuses années, certains États membres préconisent l`expansion du Conseil de sécurité, soutenant que l`ajout de nouveaux membres remédiera au déficit démocratique et représentatif dont souffre le Conseil. Le désaccord sur la question de savoir si les nouveaux membres devraient être permanents ou avoir le pouvoir de veto est devenu un obstacle majeur à la réforme du Conseil de sécurité.